Formation 2020-2021

Bachelier en droit (horaire décalé)

 Th.+Ex.Crédits/Bloc
123
 Th.+Ex.Crédits/Bloc
123

Droit

  
DRHDB104Fondements historiques du droit privé60h9
DRHDB105Exercices pratiques de droit0h+20h3
EFASB210Sources, principes et méthodes du droit INihoul Marc30h5
DRHDB101Droit constitutionnelWattier Stéphanie60h9
DRHDB102Sources, principes et méthodes du droit IIWattier Stéphanie30h4
DRHDB103Droit de la responsabilité civile30h5
DRHDB204Droit de la familleMATHIEU Géraldine45h7
DRHDB206Exercices pratiques de droit0h+20h5
DRHDB201Droit pénal et procédure pénale75h12
DRHDB203Droit des obligations et des contratsGeorge Florence75h12
DRHDB205Méthodologie et travail de droitWattier Stéphanie15h+45h6
DRHDB306Droit public et administratifXAVIER François45h8
DRHDB305Travail de fin de cycle10
EFASB311Droit économiqueJacquemin Hervé45h8
DRHDB307Droit de l'Union européenne30h6
DRHDB301Droit social30h5
DRHDB302Libertés publiquesWattier Stéphanie30h5
DRHDB303Principes de droit judiciaire privé30h5
DRHDB304Exercices pratiques de droit0h+20h7
DRHDB316Droits intellectuels30h3
DRHDB313Droit des biens30h3

Sciences humaines

  
EFASB254Principes d'économie Dejardin Marcus30h5
DRHDB120Histoire des Institutions politiquesANDRÉ Mathias30h5
DRHDB121Introduction à la philosophie30h5
EFASB321SociologieRigaux Natalie45h6
DRHDB220Philosophie du droit45h7

Langues

  
DRHDB141Néerlandais (niveau B1 minimum)Ceuppens Caroline30h5
DRHDB142Anglais (niveau B1 minimum)Fiévez François-Xavier, Perroux Christelle30h5
DRHDB240Terminologie juridique néerlandaise (niveau B2 minimum)Deville Guy30h5
 CréditsHeures/Quadrimestre
12
CréditsHeures/Quadrimestre
12

Droit

   
DRHDB204Droit de la familleMATHIEU Géraldine745 - 0
DRHDB206Exercices pratiques de droit50 - 120 - 8
DRHDB201Droit pénal et procédure pénale1275 - 0
DRHDB203Droit des obligations et des contratsGeorge Florence1275 - 0
DRHDB205Méthodologie et travail de droitWattier Stéphanie615 - 150 - 30

Sciences humaines

   
EFASB321SociologieRigaux Natalie645 - 0
DRHDB220Philosophie du droit745 - 0

Langues

   
DRHDB240Terminologie juridique néerlandaise (niveau B2 minimum)Deville Guy530 - 0
 CréditsHeures/Quadrimestre
12
CréditsHeures/Quadrimestre
12

Droit

   
DRHDB306Droit public et administratifXAVIER François845 - 0
DRHDB305Travail de fin de cycle10
EFASB311Droit économiqueJacquemin Hervé845 - 0
DRHDB307Droit de l'Union européenne630 - 0
DRHDB301Droit social530 - 0
DRHDB302Libertés publiquesWattier Stéphanie530 - 0
DRHDB303Principes de droit judiciaire privé530 - 0
DRHDB304Exercices pratiques de droit70 - 120 - 8
DRHDB316Droits intellectuels330 - 0
DRHDB313Droit des biens330 - 0

Finalités et objectifs

Le programme de bachelier en droit de l’UNamur offre une formation juridique de base complète, visant à faire des étudiant·es d’excellent·es juristes généralistes.

Trois finalités et objectifs président à la formation de bachelier en droit à l’UNamur.

  • acquérir des compétences juridiques dès le début du cursus et les affiner ensuite ;
  • mettre en pratique les compétences juridiques ;
  • renforcer la connaissance des langues.

Au terme du programme de bachelier en droit, les étudiant·es seront capables de :

  • s’approprier les concepts, règles et principes de la plupart des branches du droit belge et du droit européen ;
  • appréhender le droit comme un système constitué d’une diversité de sources articulées entre elles ;
  • développer une culture en sciences humaines et sociales, propre à décoder les phénomènes juridiques et à mener une réflexion critique sur le droit ;
  • utiliser la langue française comme un outil de la pensée juridique et maîtriser la terminologie juridique ;
  • mobiliser des connaissances linguistiques spécifiques ;
  • maîtriser les méthodes et les outils de la recherche documentaire en droit (législation, jurisprudence, doctrine), en vue d’en exploiter les résultats, notamment dans des travaux personnels ;
  • passer de l’abstraction de la norme au fait concret et, inversement, transformer une problématique de terrain en questions juridiques, au travers notamment de travaux pratiques ;
  • communiquer, par écrit et oralement, une idée, un raisonnement ou le fruit d’une recherche juridiques dans le respect de la déontologie scientifique ;
  • prendre conscience du caractère relatif et évolutif des solutions juridiques et des controverses que celles-ci peuvent générer ;
  • défendre un point de vue de façon argumentée.

Description

Dès le début de leur parcours, les étudiant·es suivent des unités d’enseignements (UE) juridiques qui leur permettent d’avoir d’emblée une vision claire des études de droit et de leur futur métier de juriste.

Parallèlement à ces UE juridiques, des UE non juridiques sont proposées, dans des matières dont le droit s’enrichit et qui favorisent l’ouverture d’esprit et la culture générale propre à tout universitaire (histoire, philosophie, sociologie, économie...).

La connaissance de l’anglais et du néerlandais est indispensable à tout juriste belge. C’est pourquoi l’enseignement de ces langues est obligatoire dans la formation et les étudiant·es bénéficient d’un accompagnement pédagogique spécifique. Celles et ceux qui souhaitent renforcer davantage leurs compétences linguistiques peuvent participer aux tables de conversations organisées gratuitement en soirée.

Modalités d'organisation

Les études en horaire décalé sont organisées de manière telle que la formation soit compatible notamment avec les exigences professionnelles et la vie familiale. Les études comptent en moyenne une douzaine d’heures d’enseignement par semaine, organisées en soirée de 18h à 21h et le samedi de 9h00 à 13h00 et éventuellement de 14h00 à 17h00. Les UE sont réparties sur 30 semaines à partir de la rentrée académique.

Un staff (directeur, secrétaires, assistant·es et coordinatrice pédagogique) et des sites inter- et intranet spécialement dédiés au programme en horaire décalé permettent une gestion cohérente du programme.

S’ils le désirent et pour des motifs professionnels, académiques, sociaux ou médicaux dûment attestés, les étudiants et étudiantes peuvent opter pour l’allègement de leurs études de telle façon que leur programme individuel annuel puisse être constitué d’unités d’enseignement représentant moins de 60 crédits.

Les étudiantes et étudiants rencontrant des besoins spécifiques peuvent, s’ils le souhaitent, être accompagnés durant leur cursus et bénéficier d’aménagements raisonnables adaptés à leur situation particulière.

Ce programme ouvre le droit au congé-éducation payé.

Méthodes d'enseignement

Tout au long du bachelier, les étudiant·es progressent dans la connaissance du droit et sa mise en pratique.

Tout d’abord, les étudiant·es acquièrent la maîtrise de notions théoriques aux cours magistraux. À cet égard, différentes méthodes pédagogiques, adaptées à un public d’étudiant·es à horaire décalé, sont mises en œuvre lors des cours (supports de cours adaptés, capsules audio et vidéo, utilisation des outils numériques, classes inversées...).

Les séances d’exercices consistent à résoudre des cas pratiques mobilisant les matières vues qui, bien qu’étant adaptés au niveau d’étude des étudiant·es, sont semblables à ceux auxquels sont confronté·es les avocat·es, les juges, les juristes d’entreprise, les notaires, etc.

Par la rédaction de travaux sur un sujet juridique, les étudiant·es apprennent à trouver les sources du droit (dans les codes, les ouvrages de la bibliothèque, les sources internet correctement ciblées, etc.), les comprendre et les exploiter en élaborant un raisonnement juridique fondé, argumenté et convaincant.

Une gestion efficace du temps, un climat de travail en groupe agréable et constructif, une proximité entre enseignant·es et étudiant·es, le développement d’aptitudes critiques et le souci de la compréhension en profondeur des matières enseignées constituent le socle des méthodes mises en œuvre.

Pratiquement, cela signifie :

  • des enseignements facilitant l’interaction et l’analyse de cas pratiques ;
  • une mise en situation réelle via des procès fictifs, la rédaction de conclusions et de consultations semblables à celles des avocat·es ;
  • des séances d’exercices et de répétition en petits groupes avec documents à lire et exercices à préparer ;
  • des séances collectives de questions-réponses en auditoire ;
  • un accompagnement individuel ou en petits groupes pour la rédaction des travaux juridiques ;
  • des permanences ou entretiens sur rendez-vous pour répondre aux questions ou aux problèmes d’apprentissage ;
  • une coordinatrice pédagogique qui assure l’interface entre les étudiant·es et les actrices et acteurs de la formation et supervise le déroulement du programme (retours sur les enseignements, suivi individuel pour les questions méthodologiques et la gestion du temps…) ;
  • des « supports de cours » aussi complets que possible, à l’attention, entre autres, des étudiant·es qui ne pourraient pas assister à l’ensemble des enseignements ;
  • un soutien numérique : des sites internet et intranet qui centralisent toute l’information disponible (valves électroniques) et un campus virtuel « WebCampus » où chaque enseignant·e définit, pour ses cours, les objectifs, méthodes d’enseignement et d’évaluation et modalités de rencontre et propose son « matériel de cours » (syl­labus, diaporamas, documents, corrigés d’examen, forum de discussion…).

Méthodes d'évaluation

En janvier, les étudiant·es de bloc 1 présentent les examens sur les matières enseignées lors du 1er quadrimestre. En cas d’échec, le résultat obtenu n’est pas pris en compte et les étudiant·es pourront encore présenter l’examen concerné en juin et, le cas échéant, en août-septembre.

Après les examens, un accès aux copies est organisé avec possibilité d’un entretien-bilan avec les enseignant·es et assistant·es.

Au-delà du bloc 1, les étudiant·es présentent en janvier un examen sur chacune des unités d’enseignement suivies. La note obtenue en janvier est définitive et retenue pour la première session d’examens.

Sauf exception, deux dates d’examen par unité d’enseignement sont prévues lors de la première période d’évaluation en première session. Les étudiant·es choisissent librement leur inscription à l’une des deux dates. En deuxième session, une seule date d’examen par unité d’enseignement est proposée.

Aides à la réussite

Tout au long de la formation, des exercices pratiques sont organisés, en groupes réduits, afin de clarifier ou d’approfondir certains aspects des matières et de résoudre des cas pratiques.

Un coaching pédagogique est également offert aux étudiant·es qui le souhaitent. Il prend la forme de séances préparatoires au blocus, d’entretiens individuels pour tout conseil méthodologique.

Les étudiant·es rencontrant des besoins spécifiques peuvent être accompagné·es durant leur cursus et bénéficier d’aménagements raisonnables adaptés à leur situation particulière.

Conditions d'admission

Peuvent être admis aux études de bachelier, les titulaires d’un des titres suivants :

  • soit du certificat d'enseignement secondaire supérieur délivré à partir de l'année scolaire 1993-1994 par un établissement d'enseignement secondaire de plein exercice ou de promotion sociale de la Communauté française ainsi que les titulaires du même certificat délivré, à partir de l'année civile 1994, par le jury de la Communauté française (1);
  • soit du certificat d'enseignement secondaire supérieur délivré au plus tard à l'issue de l'année scolaire 1992-1993 accompagné du diplôme d'aptitude à accéder à l'enseignement supérieur (2);
  • soit d'un diplôme délivré par un établissement d'enseignement supérieur de la Communauté française sanctionnant un grade académique, soit d'un diplôme délivré par une institution universitaire ou un établissement organisant l'enseignement supérieur de plein exercice en vertu d'une législation antérieure (3) ;
  • soit d'un diplôme d'enseignement supérieur délivré par un établissement d'enseignement de promotion sociale (4);
  • soit d'une attestation de succès à un des examens d'admission organisés par les établissements d'enseignement supérieur ou par un jury de la Communauté française ; cette attestation donne accès aux études des secteurs, des domaines ou des cursus qu'elle indique ;
  • soit d'un diplôme, titre ou certificat d'études similaire à ceux mentionnés aux littéras précédents délivré par la Communauté flamande, par la Communauté germanophone ou par l'Ecole royale militaire ;
  • soit d'un diplôme, titre ou certificat d'études étranger reconnu équivalent à ceux mentionnés aux littéras précédents (1) à (4) ;
  • soit du diplôme d'aptitude à accéder à l'enseignement supérieur (DAES) conféré par le jury de la Communauté française ;
  • soit d'une décision prise par le Gouvernement de la Communauté française de Belgique, attestant de l'équivalence du niveau d'études réalisées à l'étranger à un niveau d'études sanctionnées par l'octroi d'un grade académique de la Communauté française.

Sous certaines conditions, l’étudiant peut obtenir une réduction de la charge d’enseignement (jusqu’à 120 crédits maximum). 

Pour plus d’informations, il y a lieu de prendre contact avec le service des inscriptions.

Jury

Hervé Jacquemin (Président du jury)
Elise DEFREYNE (Secrétaire du jury)
Hervé Jacquemin (Président du bloc des 60 premiers crédits)
Elise DEFREYNE (Secrétaire du bloc des 60 premiers crédits)