Cours 2019-2020

Questions de sciences religieuses [SSPSB102]

  • 2 crédits
  • 30h
  • 2e quadrimestre
Langue d'enseignement: Français

Acquis d'apprentissage

Questions de Sciences Religieuses : Science, Anthropologie et Religion

 

L’accès à ce cours suppose d’avoir intégré les concepts et le vocabulaire de base de la philosophie contemporaine ainsi que celles de l’histoire des sciences.

Il est tout aussi important d’abandonner les préjugés et les ressentiments à l’égard des grands systèmes que sont les médiations premières, par lesquels les êtres humains se projettent dans l’’existence, afin de bien saisir leur cosmologie sous-jacente.

 

Objectifs

Le cours est une invitation à découvrir l’être humain à la fois comme récit en processus d’écriture et comme un être opérant des médiations selon les mots de Paul Ricœur. Cette approche de la nature humaine devient dès lors une porte naturelle pour comprendre la nature et le rôle des grandes médiations fondamentales qui accompagnent l’humanité depuis le paléolithique supérieur jusqu’à nos jours. On montrera que ces médiations fondamentales qui ont pour nom le chamanisme, la religion civique, le mazdéisme, le monothéisme, la philosophie comme manière de vivre, le bouddhisme, le néoconfucianisme, la laïcité, etc. parlent inter alia de la montée en complexité des représentations humaines de la réalité. Puisque ces médiations permettent d’avoir accès à la réalité du monde en l’organisant métaphysiquement, on montrera que la quête qui traverse le scientifique et la quête de la transcendance poursuivent le même horizon de sens.

Contenu

Le parcours proposé comporte trois étapes. Dans la première, nous tâcherons de saisir la montée en complexité des représentations de la réalité à travers des institutions et gestes relatifs à la question du sens et l’orientation de l’action, et cela du paléolithique supérieur jusqu’à nos jours en passant par la rupture qu’opère le tournant axial. Nous mettrons en évidence le lien entre l’émergence des médiations premières ou théories de la réalité globale et l’évolution de la fluidité mentale. Finalement, nous aborderons le rapport entre ces médiations par la confrontation de leur récit.

Les données précédentes nous permettront de tirer des enseignements sur la réalité humaine, par le biais de couples structurants du genre humain,  tels que récit/rencontre, croire/douter, pardon/sanction, religion/spirituel, vérité/opérativité, etc. Ces couples permettent en retour d’évaluer la puissance d’une médiation première donnée qui leur servent de cadre par le degré d’opérativité qu’elle leur confère.

Dans un troisième temps, les éléments mis en placent permettront d’aborder quelques questions thématiques. Il s’agira de voir les propositions des médiations premières par rapport aux questions telles que le monde de la vie ou biosphère, le mal, le salut, etc. Enfin, nous verrons comment des concepts issus de certaines médiations premières, comme la notion de sunyata chez Nagarjuna, le couple Li/Qi de Zhu Xi et Huang Yang Ming du néoconfucianisme, la notion de vivant dans l’évangile de saint Jean, la notion de médiance (fudosei) de Watsuji, etc. peuvent être des manières alternatives d’aborder la réalité en physique théorique, en biologie, ou en écologie. Plus généralement, nous verrons dans quelle mesure les médiations premières pourraient inspirer une grande science qui inclurait les qualia, ou une grande phénoménologie qui inclurait les quanta.


Méthodes d'enseignement

À l’issue d’une introduction visant à présenter le parcours et poser quelques concepts structurants, l’essentiel de l’enseignement se déroulera dans un contexte de pédagogie coopérative.

Dans ce cadre, les étudiants travailleront en groupes réduits pour traiter le thème qui leur sera assigné, sur la base de documents ou autre type de support. Chaque étudiant du groupe aura un rôle spécifique à jouer. Le groupe ne pourra atteindre l'objectif final que s'il travaille efficacement.

Chaque groupe coopératif aura une structure hétérogène. Il sera composé d’étudiants des six départements de sorte que chaque individu apporte sa sensibilité et ses forces à l'effort collectif. Les étudiants recherchent des résultats bénéfiques pour eux-mêmes et pour tous les autres membres du groupe.

Mode d'évaluation

En raison des mesures prises dans la lutte contre la propagation du covid-19 et de celles mises en place au niveau de l'UNamur, les modalités d'évaluation font l'objet de modification pour être adaptées à la situation. Les modalités d'évaluation qui sont ainsi d'application pour la période d'évaluation de fin de troisième quadrimestre (seconde session) sont communiquées par l'enseignant, aux étudiants, via WebCampus pour chaque unité d'enseignement

L’évaluation se fera en deux temps.

 

Premier temps :

Le moment venu, chaque groupe disposera de 20 min pour présenter le thème et 10 min pour répondre aux questions de l’auditoire.

Une note sera attribuée au groupe évaluant la qualité du travail, de la présentation et les réponses aux questions. Cette évaluation comptera pour 50% de la note finale de l’étudiant.

 

Deuxième temps :

Une série de questions transversales aux thèmes des groupes de travail sera formulée au fur et à mesure de l’avancement du cours. Elle servira de base à une évaluation sous forme d’examen écrit individuel et qui comptera pour 50% de la note finale de l’étudiant.

Sources, références et supports éventuels

 

Bellah, Robert N. Religion in Human Evolution: from the Paleolithic to the axial age, The Belknap Press of Harvard University Press, 2011.

 

Clayton, Philip; Simson, Zachary (eds), The Oxford Handbook of Religion and Science, Oxford University Press, 2008.

 

Fuller, Michel; Evers; Dirk; Saether, Knut-Willy.(eds),  Issues in Science and Theology: Are We Special? Human Uniqueness in Science and Theology, Springer, 2017.

 

Nishitani, Keiji, Qu’est-ce que la religion ?, Paris, Cerf, 2017.

 

Pavie, Xavier, Exercices spirituels : leçons de la philosophie antique, Paris, Les Belles Lettres, 2012

 

Syllabus

Langue d'enseignement

Français

Lieu de l'activité

NAMUR

Faculté organisatrice

Faculté des sciences
Rue de Bruxelles, 61
5000 NAMUR

Cycle

Etudes de 1er cycle